Vacarme en réunion
Iceberg Submersif – Dissidences Cannibales
Assigné à résidence

L’État d’urgence, c’est l’outil qui permet à la démocratie de faire le ménage parmi celles et ceux qui la gênent, en se transformant momentanément en dictature

Les extraits audio de l’interview d’une personne assignée à résidence sont issus d’une vidéo de 30 minutes que l’on peut trouver ici : Assigné à résidence. On peut aussi lire cet article à ce propos : Assignation à la révolte

« Je », c’est nous, parce que dans mon monde on est plusieurs. Dans le leur il/elles sont seul-e-s.
Je ne porte la parole de personne, mais je m’exprime avec celles et ceux qui partagent ma colère contre le monde. Avec celles et ceux qui portent des masques mais ne se cachent pas.

M’assigner, c’est tenter d’enfermer mon esprit dans une cage de peur.
Mais il/elles ignorent qu’à défaut de me faire peur, il/elles ont renforcé ma détermination.
Parler pour nous faire entendre, prendre le risque de dire des choses maladroites pour contrer leur logique du non-dit. Il/elles font du bruit pour mieux que nos têtes soient avides de silence.

Mais nous, même nos silences ont quelque chose à dire.

Une vidéo pour que tout le monde entende ce que tou-te-s les « nous » qui me constituent ont à dire.
Les nous qui me constituent, ce sont tou-te-s celles et ceux qui rêvent et croient, qui luttent pour la liberté, mes ami-e-s et compagnon-ne-s.

Nous devons trouver des manières de dire nos émotions, pour ne pas laisser au pouvoir le loisir de nous en dicter des factices. Leurs émotions sont feintes.

Guerre des symboles, guerre des mots. Plus personne ne sait à quoi se fier.

Leave a Reply