Vacarme en réunion
Iceberg Submersif – Dissidences Cannibales
#53 Back in Ze Street

Finies les grandes vacances, le sable et l’inertie sociale, la montagne et l’apathie générale… C’est la rentrée et du côté de Vacarme en Réunion on trépigne dans les studios : Ça y est, on retourne dans la rue !

On vous fait un petit topo sur les ordonnances de Macron, un grand sur l’état du milieu syndical, et on vous raconte tout ce qu’on sait sur la mobilisation du mardi 12 septembre. Après ça, on vous parle de Marcel Campion, ce roi des forains improbable qui appelle tous les forains à se ramener dans la rue. On lit son appel et on l’écoute se présenter.

Pour finir, on fait un rapide tour de Bure à Fribourg, où de sale répression policière ont eu lieu cet été, avant d’y revenir plus longuement la semaine prochaine…

En téléchargement : #53 Back in Ze Street

Musique : Ninine Garcia et Marcel Campion – Inaccessible / Guili guili goulag – Armada dépenaillés de Gibrons cendrés / Les trucs – Zur situation von konstruktionen / Les trucs – Der Singende Idiot

Extraits : Appel de Marcel Campion / Que penser du Black Block ? (Texte de Lundi.am)

 

Que penser du Black Block ?

[…] Là où il faut être. Il y a un aspect de la répression qui est rarement interrogé er qui est pourtant la base de toute logique autoritaire, c’est l’idée de la place que chacun doit tenir. Savoir rester à sa place, dans l’espace comme dans la hiérarchie, est ce qui vous garantit la sécurité ; et qui n’est pas à sa place l’a bien cherché… ll en va de même dans la lecture de classe de la société : c’est aux pauvres et aux exploités de se libérer, aux riches de conserver et défendre leurs privilèges. C’est ainsi que l’on passe à côté du caractère dynamique du rapport de domination qui fait que le plus grand nombre des exploités qui ne se rebellent pas et ne travaillent qu’à rendre leur vie semblable à celle de leur patron, se ménageant une existence aussi contre-révolutionnaire que ce dernier quand il fume son cigare assis dans un fauteuil en cuir. Désormais, s’accommoder de la place de patron ou de celle d’esclave renforce de la même manière la domination en tant qu’être employé ou employeur signifie de nos jours un refus identique du conflit sous toutes ses formes. Aucune place de cette société n’est plus révolutionnaire par elle-même. La plèbe occupe la place des sans-place, et c’est la seule d’où l’on puisse se révolter.
Se déplacer physiquement donne naturellement un puissant prétexte à la police puisque l’on n’était effectivement pas à sa place quand on a été arrêté. Mais dans ces conditions pourquoi ne pas se révolter sur place ? Pourquoi, au lieu de manifester que l’on est également traité en étranger partout — ce qui est la condition du Bloom — , ne manifeste-t-on pas que notre propre pays et notre propre quartier nous sont étrangers à nous et aux nôtres, que « notre place » n’est pas notre place car nous ne voulons pas de celle que l’ON nous alloue ? Et c’est alors seulement que la ritournelle « notre patrie est le monde entier » retrouvera un sens.

Leave a Reply